Aperçus biographiques: (1883-1947), mathématicien, biophysicien, écrivain et philosophe. Il s’inscrit à la Sorbonne en 1913. En 1914, il rencontre Alexis Carrel, biologiste et philosophe des sciences de la Vie, qui l’initie aux méthodes scientifiques. Un ouvrage original  le désigna à l’attention de l’Institut Rockefeller de New-York. Attaché, en 1919, puis membre associé, de 1920 à 1927, de l’Institut Rockefeller, il continua ses recherches, et s’attacha à l’étude des propriétés du sang et particulièrement aux problèmes fondamentaux de l’immunité. En 1927, Lecomte du Noüy revint à Paris et, jusqu’à 1936, dirigea une importante section de Bio-Physique à l’Institut Pasteur. En 1937, il fut nommé directeur à l’École pratique des Hautes Études, à la Sorbonne.  En 1939, il vit à Paris lors de la déclaration de la guerre, mais réussira à quitter l’Europe pour les États-Unis en août 1943 où il poursuivra ses travaux et donnera, en 1944 et 1945, de nombreuses conférences dans les camps militaires américains. Il a écrit et fait publier plusieurs ouvrages philosophiques. Sources : https://www.babelio.com/auteur/Pierre-Lecomte-du-Nou/79204

Introduction au livre : En 1936, l’auteur réussit pour la première fois, en se basant sur la vitesse de cicatrisation des plaies, à mesurer le temps vécu, le temps physiologique. Il établit une loi mathématique de la cicatrisation qui permit de calculer à l’avance la date de guérison totale, et montra que le temps vécu ne semble pas s’écouler à une vitesse uniforme du début au déclin de la vie. Il réussit à la mesurer aux différents âges. C’est l’histoire détaillée de ce problème, le roman de cette découverte que le livre nous donne à comprendre.

Poids 256 g
Dimensions 3 × 13 × 20 cm