Aperçus biographiques : (1888-1976) Fils du haut fonctionnaire et artiste Eugène Morand, Paul Morand, après des études à l’École libre des Sciences politiques, fut reçu en 1913 premier au grand concours des ambassades, et embrassa une carrière de diplomate. Il connut la célébrité dès 1922 avec Ouvert la nuit, puis, un an plus tard, Fermé la nuit. Il se trouvait, au moment de la défaite de 1940, à Londres où il occupait les fonctions de responsable de la mission de guerre économique. Mis à la retraite d’office par le gouvernement de Vichy, il publiait en 1941 Chroniques de l’homme maigre, livre d’orientation maréchaliste. Avec le retour de Laval au gouvernement, il fut nommé à la présidence de la commission de censure cinématographique, avant de terminer la guerre comme ambassadeur à Berne, ce qui lui valut d’être révoqué à la Libération, et contraint à l’exil en Suisse. Admiré par la jeune génération des hussards de l’après-guerre (Roger Nimier, Michel Déon, Antoine Blondin, Jacques Laurent), l’écrivain allait connaître un regain d’influence. En 1953, il était réintégré dans l’administration. Paul Morand, fut élu à l’Académie française en 1968.

Extrait :  » – Oh, ce ne fût pas grand-chose… une scène entre la mère et le fils, comme il y en a eu tellement ! Celle-ci, peut-être… Un soir, il devait être six heures, il y eut des cris à l’étage de Madame… J’entendais hurler :  » tais-toi… Tais-toi… demande pardon !  » J’ai eu peur, tant elle criait fort ; je suis montée et j’ai entrouvert la porte. Madame tenait à la main la cravache noire de Monsieur, celle aux trois bagues d’or, celle de Saumur, et elle avait une figure si effrayante que j’ai cru qu’elle allait assommer le petit. Devant elle le petit, ramassé comme un petit lion ; et derrière, M. le sous-préfet, qui n’avait pas l’air à son aise. – Et c’est depuis ce drame que Frédéric a changé ? – Le silence, c’était devenu sa façon à lui d’être méchant. « 

Poids 178 g
Dimensions 3 × 12 × 18 cm