Aperçus biographiques : (1812-1891) Né dans une famille russe aisée, il étudie à l’Université de Moscou. Parlant français, allemand et anglais, il devient traducteur au ministère des Finances, entamant ainsi une carrière de fonctionnaire d’État. Premier roman en 1847, Une histoire ordinaire, son chef-d’œuvre Oblomov 1857. Son œuvre littéraire comporte de nombreux récits, essais, portraits, critiques de théâtre ou de tableaux, articles, nouvelles, contes, poésies, correspondances, des traductions et des analyses critiques d’auteurs français  ou russes.

Quatrième de couverture : Partisan de la position allongée, Oblomov ne trouve le bonheur que dans le sommeil. Ni son ami Stolz, incarnation de l’énergie et de l’esprit d’entreprise, ni la belle Olga avec qui se nouera l’embryon d’une idylle, ne parviendront à le tirer de sa léthargie. Entreprendre et aimer sont décidément choses trop fatigantes. Grand roman de mœurs, Oblomov offre une satire mordante des petits fonctionnaires et des barines russes. La première partie du texte constitue un véritable morceau de bravoure, irrésistible de drôlerie, décrivant les multiples tentatives toutes vouées à l’échec d’Oblomov pour sortir de son lit. La profondeur du roman et la puissance du personnage d’Oblomov n’ont pas échappé à des philosophes comme Levinas. L’inertie du héros est moins une abdication que le refus farouche de tout divertissement. L’humour et la poésie sont au service d’une question que Gontcharov laisse ouverte : et si la paresse, après tout, était moins un vice qu’une forme de sagesse ?

Poids 317 g
Dimensions 3 × 12 × 18 cm