Aperçus biographiques : cf. : https://www.franceculture.fr/personne/albert-camus : « Albert Camus est né en 1913 en Algérie dans le Constantinois dans une famille aux origines modestes. A la mort de son père en 1914, parti combattre comme zouave, Albert et son frère sont recueillis par leur grand-mère et leurs deux oncles. Brillant élève, il poursuit des études de philosophie en tant que boursier à Alger. Dans les années 1930, on lui diagnostique une tuberculose qui le conduira souvent en cure. Il commence à écrire pour le théâtre et dans la presse, tout en étant engagé politiquement dans un premier temps aux côtés des communistes. Rentré en France en 1940, Albert Camus entre dans la résistance et collabore au journal Combat. Il se met à travailler sur ses trois ouvrages du cycle de l’absurde : L’Étranger (un roman), Le Mythe de Sisyphe (un essai) et Calligula (une pièce de théâtre). Son succès éditorial se confirme avec la sortie en 1947 de son roman La Peste. Intellectuel engagé, Camus participe à tous les combats de son époque, la publication en 1951 de L’Homme révolté marque sa rupture avec Sartre et le courant marxiste. En 1957, Camus reçoit le Prix Nobel de littérature. Il meurt le 4 janvier 1960 à l’âge de 47 ans dans un accident de voiture.

Notes sur le livre : Meursault [est] …un homme pauvre et nu, amoureux du soleil qui ne laisse pas d’ombres. Loin qu’il soit privé de toute sensibilité, une passion profonde, parce que tenace, l’anime, la passion de l’absolu et de la vérité. Il s’agit d’une vérité encore négative, la vérité d’être et de sentir, mais sans laquelle nulle conquête sur soi et sur le monde ne sera jamais possible. Albert Camus [8 janvier 1955], Voir Albert Camus, Œuvres complètes, I, Gallimard, 2006 (« Bibliothèque de la Pléiade »), p. 1268-1269.

Poids 252 g
Dimensions 3 × 12 × 18 cm