Aperçus biographiques : (1881-1957), fils unique d’un père pharmacien propriétaire des sources de Vichy Saint-Yorre décédé huit ans après sa naissance, Valery Larbaud est élevé par sa mère. Rentier grâce à la fortune familiale, il effectue de longs voyages en Europe et fréquente de nombreuses stations thermales pour soigner sa santé fragile. Dès 15 ans, il affirme qu’il veut être « homme de lettres ». En 1911 paraît son premier roman, Fermina Márquez, bientôt suivi de A. O. Barnabooth. Parlant l’allemand, l’italien, l’espagnol et l’anglais, il fait découvrir en France des auteurs tels que James Joyce, Samuel Butler, Walt Whitman, William Faulkner ou Jorge Luis Borges. En 1935, une hémorragie cérébrale le rend hémiplégique et aphasique, l’immobilisant dans un fauteuil durant les vingt-deux dernières années de sa vie.

Quatrième de couverture : En 1908 paraissaient sans nom d’auteur des Poèmes par un Riche Amateur ou Œuvres Françaises de M. Barnabooth précédés d’une Introduction Biographique. C’étaient les premiers poèmes  » modernistes  » français, célébrant les paquebots, les trains de luxe, les palaces cosmopolites. On y retrouvait un écho de la grande poésie de Whitman.Peu à peu, Barnabooth se rapprocha de son créateur, cet autre lui-même, et Larbaud put enfin signer les Œuvres Complètes de A. O. Barnabooth,  » c’est-à-dire un Conte, ses Poésies et son Journal Intime « .L’éducation sentimentale de Barnabooth, son goût de la liberté que freine seulement sa délicatesse nous entraînent dans les villes qu’il aime, d’Amsterdam à Florence, des paysages qui l’enchantent, de Moscou à Picadilly. A chaque page, ce sont des amitiés, des amours, des rencontres, des rêveries, une vie légère et grave à la fois, et dont la douceur enchante.

Poids 196 g
Dimensions 3 × 13 × 19 cm