Aperçus biographiques : 1913-2007. Anarchiste, Poète. Anarchiste, il fait parti du groupe « Les moules-à-gaufre » de l’Union Anarchiste. Il participa à plusieurs périodiques Révision, puis Le courrier des Camps (critique de l’accueil fait aux réfugiés espagnols). Poète, il reçu à ce titre plusieurs distinctions : en 1947 il eut le Prix Gérard de Nerval ; le Prix Jean-Paul Toulet en 1965 ; le Prix de la Sociétés des Gens de Lettres en 1983 ; le Prix Verlaine en 1984 ; le Grand Prix de la Maison de Poésie en 1995. Employé, il fut licencié pour fait de grève, il trouva ensuite un emploi d’aide-comptable à l’Imprimerie Nationale puis se consacra à la littérature. Il contribua à diverses anthologies de la poésie hongroise, ainsi qu’à une étude sur les terroristes russes de 1860 à 1910.

Introduction au livre : D’un classicisme rigoureux, comme dans les Odes, ou d’une forme plus souple, comme dans certaines Prières, la poésie de Lucien Feuillade est toujours extrêmement directe. Le thème qui revient le plus souvent, si souvent même qu’il devient une obsession, est celui de la Mort, traité de cent manières diverses, mais jamais avec affectation. La Mort est ici simple, sans joie certes, mais non sans une émouvante sérénité : le poète sait d’ailleurs dissimuler sa mélancolie sous l’humour. Après la Mort, le Bonheur, l’Amour, les Humbles (employés de métro, employés de banque, chanteur des rues), Paris enfin, ont trouvé en Lucien Feuillade un chantre très pur. Source : http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Blanche/Pour-la-cendre-d-Helene

 

Poids 100 g
Dimensions 3 × 12 × 18 cm